« Je crois en la religion de l’Amour, où que se dirigent ses caravanes,
car l'amour est ma religion et ma foi » ( Ibn Arabî )

Le grand procès à Paris : des leçons à tirer de cette tragi-comédie ?

09, Sep 2021 by Philippe de Briey">Philippe de Briey in Uncategorized     , ,   No Comments

Hier, au procès des attentats du 13 novembre à Paris, Salah Abdeslam a déclaré fièrement que sa profession était d’être un « combattant de l’Etat islamique », « traité comme un chien » et de répéter, je crois, la formule « il n’y a pas d’autre Dieu que Allah ».

François Gemenne, ce matin à la RTBF, disait : ce procès devient une « héroïsation » de ces criminels, de quoi exciter des jeunes désœuvrés qui ne trouvent pas de profession…Et moi, je me disais : quand un criminel n’est pas un simple criminel, mais un guerrier, déterminé et « irrécupérable », la peine de mort ne devrait-elle pas se justifier dans ces cas précis ? Et ceux qui se targuent de notre système de justice « démocratique » ne tombent-ils pas dans la naïveté ? Les victimes de ces attentats seront-elles apaisées de constater à quel point ces assassins sont ainsi mis en avant comme des héros qui invitent d’autres à les suivre dans cette guerre contre tous ces « impies » que nous sommes ? Abdeslam et d’autres méritent-ils d’être bien nourris et gardés dans des prisons spéciales qui coûtent un prix fou ? Tout cet argent dépensé pendant des années et des décennies ne serait-il pas mieux employé dans la prévention , notamment dans les quartiers des désoeuvrés bien tentés par la profession de « soldats d’Allah » ?

Au fond, n’y a-t-il pas « deux poids, deux mesures » ? Nous avons fait la guerre à l’Etat islamique, envoyé des avions qui ont bombardé en Libye, en Irak, en Syrie, en Afghanistan, donc causé beaucoup de morts, y compris civiles, mais pour ces guerriers du même Etat islamique comme Salah Abdeslam, on leur accorde une audience internationale et on dépense des milliers d’euros en pure perte… mais pas en pure perte pour l’Etat islamique dont les dirigeants doivent se frotter les mains et bien rire de notre naïveté…

Est-ce qu’il n’y a pas un problème, là ??!

Que faire maintenant ?

Maintenant que la grosse bourde a été commise, j’espère que les médias et la justice trouveront le moyen de rattraper la sauce… On a cru (François Hollande notamment) faire montre de notre humanisme : « nous au moins nous sommes des gens civilisés ». c’est ne pas comprendre que pour une partie du monde musulman, surtout dans certains pays, rien n’est plus grand que la défense de « l’islam ». Mais quel islam ? Celui qui prône la paix, ou celui qui prône la guerre contre les « infidèles » (« kouffar ») ? On trouve les deux dans le Coran et dans la tradition. Il faudrait davantage faire comprendre cela à l’opinion publique, et surtout aux jeunes musulmans, notamment dans les écoles, dans les cours de citoyenneté notamment, mais aussi dans les cours de religion, ceux que certains – c’est une autre bourde par ignorance – veulent supprimer.

En attendant, va-t-on vraiment devoir subir 9 mois de procès dont on connait de toute façon l’issue ? cela va faire beaucoup d’argent public pour les plus de 300 avocats, sans parler des juges et de tout le personnel de sécurité que cela va occasionner. Tout ça pour quoi ? Pour nous conforter dans l’idée que ce gens-là sont des barbares (comme si on ne l’avait pas encore compris) et nous « les gens bien », les peuples civilisés. On va devoir, pendant tous ces 9 mois, mettre beaucoup de moyens policiers et beaucoup de temps consacré à ces choses dans les médias tous les jours. Ce ne serait pas grave si ce n’était au dépens d’autres informations. Espérons que tout de même, une partie des journalistes veilleront à faire comprendre ce qui se passe dans la tête d’une partie des musulmans suite aux temps des colonisations et suite aux attitudes racistes et islamophobes. Espérons aussi qu’on donnera assez la parole à ceux et celles des musulmans et musulmanes qui peuvent nous éclairer et prendre position avec courage pour l’islam d’ouverture et de paix.

Mais il faudrait aussi arrêter de se croire supérieurs, comme il arrive trop souvent. Car, l’orgueil, le mépris, les exclusions, les préjugés sans nuances, les volontés de domination, voilà ce qui fait le plus obstacle à la pacification des esprits et des peuples.

PHILIPPE DE BRIEY, Jeudi 9 septembre 2021.